Le dépistage des IST

Où puis-je faire un dépistage ?

Vous pouvez vous faire dépister :

  • Chez un médecin ;
  • Dans un centre de dépistage ;
  • Dans un centre de planning familial ;
  • Dans une maison médicale ;
  • ….

Pour trouver un centre de dépistage proche de chez vous en Bruxelles et en Wallonie, utilisez notre moteur de recherche

 

Quand faire un dépistage ?

  • Après une prise de risque pour savoir si vous avez été infecté·e. Pour bien évaluer une prise de risque, il est important de bien connaître les modes de transmission des IST. A titre indicatif, vous pouvez consulter le tableau ci-dessous.
  • Lorsque vous êtes en couple stable et que vous souhaitez arrêter le préservatif 
  • Lorsqu’une grossesse est envisagée.
    Toutefois en cas de grossesse, le dépistage de certaines IST pourra être demandé par votre médecin au cours de votre suivi (Hépatite B et C, Syphilis, Chlamydia, VIH).
Tableau mode de transmission

Comment faire un dépistage ?

Le dépistage des IST peut se faire de 4 manières :

  • Une prise de sang
  • Un frottis vaginal chez la femme (prélèvement médical sans douleur d’un liquide ou de cellules de l’organisme en vue d’un examen microscopique) ou un prélèvement urétral chez l’homme (prélèvement au niveau du canal servant à l’écoulement de l’urine et du sperme)
  • Un prélèvement urinaire
  • Parfois les symptômes apparents suffiront à diagnostiquer l’infection.

En cas de prise de risque, il est nécessaire de se faire dépister régulièrement car la plupart des IST sont asymptomatiques, cela veut dire qu’il n’y a souvent pas de signe visible de l’infection. Un dépistage précoce permet une prise en charge médicale rapide qui permettra une guérison pour la majorité des IST. Cela vous permet d’adapter votre comportement, pour éviter de contaminer votre/vos partenaire·s. En fonction de l’IST, il est parfois recommandé de traiter systématiquement votre/vos partenaires.

Réponses à vos questions sur les IST :

  • Tu peux être infecté.e par une IST sans que cela se voie et donc sans le savoir. En effet, les IST sont souvent asymptomatiques, c’est-à-dire sans signe visible de l’infection. Le dépistage est donc le seul moyen fiable de savoir si tu as été infecté.e par une IST.
  • Savoir que tu es infecté·e par une IST te permet non seulement d’adapter ton comportement pour ne pas transmettre l’infection à d’autres personnes, mais aussi de bénéficier de traitements qui te permettront de guérir de la plupart des IST.
  • Plus tôt les IST sont dépistées, mieux elles peuvent être soignées.
  • Te dépister te permet de faire le point sur ton état de santé sexuelle.
  • Si lors d’un dépistage, toi et ton/ta partenaire avez la confirmation que vous n’avez pas d’IST, vous pouvez arrêter l’utilisation du préservatif en toute sécurité si vous êtes dans une relation exclusive. Dans ce cas, et si vous êtes dans une relation hétérosexuelle, veillez à utiliser un autre moyen de contraception si vous ne désirez pas avoir d’enfant
  • Après une prise de risque, pour savoir si tu as été infecté·e. Il ne sert à rien d’aller faire un dépistage des IST le lendemain d’une prise de risque. En effet, il faut un certain temps après la prise de risque pour que les tests puissent détecter une possible infection. S’il n’y a pas de symptôme visible, on recommande donc d’attendre 6 semaines après la prise de risque pour faire un dépistage complet des IST. Pendant ce délai d’attente, il est capital d’utiliser un préservatif lors de relations sexuelles pour éviter de transmettre une éventuelle IST.
    Sois vigilant.e, ce n’est pas toujours facile de savoir si on a pris un risque d’être infecté.e par une IST. En effet, chaque IST a des modes de transmission différents, ce n’est donc pas simple de s’y retrouver. Prendre un risque, c’est entre autres, avoir des rapports sexuels non protégés (avec ou sans pénétration). Pour rappel, le fait de connaître son/sa/ses partenaire.s n’est pas un gage de protection contre les IST.
  • En cas de signes évocateurs d’une IST (démangeaisons, brûlures, rougeurs …)
  • Lorsque tu souhaites faire le point sur ta santé sexuelle
  • Lorsque tu es en couple exclusif et que vous souhaitez tous.tes les deux arrêter le préservatif
  • Lorsqu’une grossesse est envisagée

Il est très important de suivre ton traitement selon les indications du/de la médecin. Dans certains cas, le/la médecin pourra te demander de faire des examens complémentaires ou de refaire un test de dépistage un peu plus tard pour surveiller l’évolution de l’infection. Il est très important de respecter ce suivi médical et de continuer à utiliser un préservatif selon les indications du/de la médecin.

Attention, être infecté·e par une IST peut augmenter le risque d’infection par une autre IST. En effet, les IST fragilisent les muqueuses qui deviennent alors une plus grande « porte d’entrée » pour les autres IST et pour le VIH.

Si tu as été infecté·e par une IST, il est important d’en informer ton/ta/tes partenaire·s. Ce n’est pas quelque chose de facile à dire, mais c’est essentiel pour qu’il.s/elle.s puisse.nt aussi se faire dépister et soigner en cas de résultat positif et ainsi arrêter la propagation de l’infection. Au besoin, le/la médecin ou l’association ayant dépisté l’IST pourra t’aider à prévenir ton/ta/tes partenaire.s de manière anonyme. Tu peux aussi simplement leur téléphoner ou leur envoyer un mail ou un SMS. Il n’y a pas de honte à dire que tu as une IST. Au contraire, en parler aux personnes concernées, c’est se montrer responsable et digne de confiance pour garantir une bonne santé sexuelle à chacun.

Lors d’un dépistage en milieu médical, il faut, en général, payer une partie de la visite chez le/la médecin et une partie des frais de laboratoire pour l’analyse des prélèvements. Le prix exact dépend du nombre de tests de dépistage des IST effectués. La mutuelle prendra en charge une partie de ces frais.

Tu es jeune et tu n’as pas ta propre mutuelle? Alors tu es couvert par la mutuelle de tes parents. Dans les centres de planning familial, la consultation chez le/la médecin coûtera maximum 6€ (et +/- 25€ sans mutuelle). Pour les frais de laboratoire, n’hésite pas à questionner le centre par rapport au prix de la facture et à en parler si tu souhaites garder l’anonymat (par exemple, que la facture n’arrive pas entre les mains de tes parents). Dans tous les cas, le coût d’un dépistage ne doit pas t’empêcher de consulter un.e médecin. Les professionnel.les de la santé pourront t’aider à trouver des solutions. N’hésite pas à en parler avec eux.

Il existe des possibilités de dépistage gratuit pour le VIH et pour certaines IST dans certains centres et associations.

Tu risques de transmettre une IST à ton/ta/tes partenaire.s sans le savoir et l’infection va continuer de se propager.

Une IST non dépistée et donc non soignée peut avoir des conséquences graves. Tu peux , par exemple, développer un cancer ou avoir des problèmes d’infertilité.

Tableau récapitulatif du dépistage des IST :

Prise de sang Possibilité de Test Rapide (TROD) Prélèvement urétral/frottis Prélèvement urinaire Présence de symptômes
VIH X X
Hépatite B X
Hépatite C X X
Herpès génital X X X
Human Papilloma Virus (HPV) X X
Chlamydia X X
Gonorrhée X X
Syphilis X X X

 

Pour trouver un centre de dépistage plus proche de chez vous, utilisez notre moteur de recherche